Les images, le sacré : l'Histoire et notre douloureuse actualité, au musée Eugène Delacroix

15/01/2016

Au cœur du musée Eugène Delacroix, dans l'intimité de son dernier atelier, s'est déroulée la première conférence intitulée L'Image et le Sacré, qui inaugure un cycle de rencontres. En partenariat avec la revue des Deux-Mondes représentée par sa directrice Valérie Toranian, il s'est agit pour l'historien Alain Besançon et le professeur Robert Kopp de définir la place des images à notre époque, et de retracer la présence du sacré dans l'Histoire.

L’événement a débuté par l'intervention de la directrice des lieux, Dominique de Font-Réaulx, qui a souligné l'importance des musées dans la transmission du savoir et la continuité des échanges. Avec Robert Kopp, elle a notamment évoqué le paradoxe entre une banalisation des images et les réactions pouvant parfois aller jusqu'au meurtre qu'elles engendrent.

En passant par la destruction de Palmyre, les attentats de Charlie Hebdo, ou bien les œuvres vandalisées d'Anish Kapoor, les images ont un pouvoir qui va au-delà de leur signification première. En somme, leurs destructions sont sources de nouvelles représentations ; elles démontrent une violence patente et préoccupante caractéristique de notre époque.

 Alain Besançon quant à lui, a retracé le lien parfois versatile qui unit le sacré et ses représentations. En expliquant le rôle didactique destiné au peuple majoritairement analphabète, ces premières représentations du sacré vont connaître au cours des siècles des rétrogradations dans ce qu'elles pouvaient montrer ou non. Il a ainsi ponctué son discours de quelques notions philosophiques, comme par exemple l'apport kantien avec l'introduction de la définition du génie au XVIIIème siècle ; l'artiste crée ses lois, il est original, et il ne fait pas du « beau », mais tend vers le « sublime ». L'époque moderne s'est vue définir un art emprunt de religiosité plus que de religion pure, avec l'art symboliste. En effet le sacré est présent par la transcendance et un certain ésotérisme qu'évoque ces œuvres plus que, à titre d'exemple, par une représentation littérale des Ecritures.

La riche programmation du musée propose également des rencontres autour d'autres thèmes qui font références aux expositions, notamment des lectures de poèmes ou bien encore la présentation d'artistes émergents de la scène contemporaine.

 

Actuellement l'exposition temporaire intitulée « Delacroix et l'Antique » est en place, et cela jusqu'au 7 mars

2016.

 

 

 

 

Tags:

Please reload

© LE PRISME magazine 2015-2019