© LE PRISME magazine 2015-2019

Lady Macbeth de Mzensk de Dimitri Chostakovitch et en entreprise à l'Opéra de Lyon

30/01/2016

Noirceur, férocité et ténébreuse beauté qualifient l’opéra maudit Lady Macbeth de Mzensk. Ce spectacle présenté jusqu'au 6 février à l'Opéra de Lyon dans une mise en scène de l’inventif et audacieux Dmitri Tcherniakov, est doté d’une direction musicale et d’un plateau vocal de haut niveau. La référence shakespearienne du titre volontairement ironique est issue d'une nouvelle de Nikolaï Leskov, dans laquelle se déploie l'horreur des actes impardonnables commis par Katerina Ismaïlova. Femme de marchand, triple meurtrière sans trop d'états d'âme de deux adultes et d’un enfant, elle est animée par la frustration sentimentale et sexuelle augmenté de l'ennui et de l'avidité. Certes, elle est manifestement humiliée, malmenée et exploitée par les hommes de sa famille. Comme si cela ne suffisait pas le relais de ces traitements condamnables sera assumé par un ouvrier, Sergueï, avec qui elle croit vivre une passion, Ce cupide est une sorte de figure de la concupiscence motivé par la recherche de la revanche de classe Mais toute cette réalité nauséabonde n’excuse rien de l’horreur des crimes. Pourtant Dimitri Chostakovitch (1906-1975) alors qu’il considère Sergueï comme « Un individu méprisable et vil », est peut-être le seul à faire preuve d’indulgence pour l'héroïne.

En fait, il s’agit d la première création d’une tétralogie lyrique consacrée à la femme soviétique, qui devra l'occuper pour les dix ans à venir ! La venue de Staline et d'officiels pour assister à une représentation au Bolchoï, en 1936, sera suivi d’un départ avant la fin. La Pravda, publication officielle du parti communiste (de 1918 à 1991), évoque « un chaos musical qui confine par moments à la cacophonie »,  et crime inexcusable, « flatte les goûts pervers du public bourgeois par sa musique tressautante, criarde et neurasthénique ». Cela sonne le glas en URSS pour Lady Macbeth de Mzensk .

La proposition scénique de Dmitri Tcherniakov testée en 2008 à Düsseldorf est remaniée pour cette coproduction anglo-lyonnaise avec l'English National Opera. Dmitri Tcherniakov réalise une transposition crédible à l'époque actuelle dans entreprise, une de celle ou les rapports sociaux entre maîtres/patrons et serviteurs/employés, sont à mettre en parallèle avec l’époque du tsarisme.  

 

Lady Macbeth de Mzensk, à l'Opéra de Lyon, les 29 janvier, 2, 4 et 6 février à 20h, le 31 janvier à 16h

 

 

 

 

 

Tags:

Please reload