Le Klementinum et sa Tour astronomique

Ce couvent transformé en université jésuite connut un développement significatif, en taille et en rayonnement, à la fin du XVIIème siècle. La bibliothèque nationale et la tour astronomique se trouvent dans ce vaste édifice. Cette dernière offre une vue imprenable sur la ville de Prague. Petit tour d'horizon en images.


Le Klementinum est le second plus grand ensemble de construction à Prague après le Château de Prague (Pražský hrad). C’est le premier collège fondé à Prague par les jésuites en 1556, invités à Prague par Ferdinand 1er pour l’aider dans ses efforts anti-réformateurs. Ils s'installent à leur arrivée dans l’ancien monastère dominicain et l'église Saint-Clément situés dans la Vieille Ville près du Pont Charles. Cette petite église a donné plus tard le nom à tout l'ensemble de bâtiments, le Klementinum. L’écrivain Jorge Luis Borges y fait mention dans l’un de ses romans, Le miracle secret.


Plusieurs espaces peuvent être visités, mais sur réservation et en groupe, ou lors des concerts de musique classique. La bibliothèque baroque est ornée de magnifiques fresques sur le thème de la rencontre entre les sciences et les arts. On peut observer le plafond en trompe-l’œil réalisé par Jean Hiebel, magnifique. Elle abrite un ensemble d’ouvrages de théologie en diverses langues ainsi que plusieurs globes terrestres anciens. Aujourd’hui, la bibliothèque universitaire des Jésuites a cédé sa place à la bibliothèque nationale tchèque qui fut fondée en 1781.


La Chapelle aux miroirs et son jeu de miroirs magistralement conçu est unique en Bohême, de nombreux concerts classiques y sont organisés. Elle se trouve dans la quatrième cour du Klementinum, au rez-de-chaussée de l’aile qui relie la Tour astronomique et l’aile nord du collège, qui longe la rue Platnéřská.

La tour astronomique, haute de 68 m et qui offre une magnifique vue du centre de Prague, abrite une exposition d’anciens appareils de mesure et des informations sur l’histoire de la tour. Érigée au début du XVIIIe siècle, on ne l’utilisa plus au XIXe siècle mais aujourd’hui, il est encore possible d’apercevoir de nombreux vestiges de cette époque avec des anciens cadrans, des instruments de mesure, comme montrés ci-dessous sur les photographies.

©DR / Klementinum

©DR / Bibliothèque du Klementinum

©DR / La chapelle aux miroirs

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR/ Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR/ Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

©DR / Tour astronomique

© LE PRISME magazine 2015-2020