© LE PRISME magazine 2015-2019

Déshabillez-moi ! Les pop stars se déshabillent et mettent à l’honneur leurs costumes de scène.

21/10/2016

Déshabillez-moi ! Les costumes de la pop et de la chanson vous donnent rendez-vous du 11 octobre 2016 au 5 mars 2017 au Centre national du costume de scène à Moulins. L'exposition vous transporte à travers un siècle de chanson française grâce aux originaux des costumes des artistes.

 

 

 

 

Depuis son ouverture en 2006, le Centre National du Costume de Scène organise des expositions thématiques deux fois par an. Après le théâtre, l’opéra, le cirque, le musée explore cette année une autre forme du spectacle vivant : la chanson. L’exposition retrace cent ans de chanson française à travers les costumes de scène de ses artistes. Elle nous emmène dans un véritable voyage à travers le temps : la ceinture de bananes de Joséphine Baker, les peignoirs de Cloclo, les tenues noires d’Edith Piaf, Barbara, Juliette Greco où d’Alain Bashung et le bandana de Renaud sont parmi les plus emblématiques. Mais le CNCS fait également la belle part aux récents costumes de scène en exposant les robes lamées or des Brigitte, les tenues dorées de Maitre Grims ou encore les costumes rock de Mademoiselle K.

 

                     Salle dédiée aux costumes de M  ©DR

 

 

La scénographie même de l’exposition participe à ce condensé d’époques et d’atmosphères diverses. Le parcours est visuel (défilé de costumes, photos, affiches) mais aussi sonore (extraits de concerts, musiques diverses). Chaque costume semble raconter une histoire. Ainsi, Line Renaud - qui pour la première fois prête ses costumes de scène -évoque les grands bonheurs et les voyages que lui rappelle la robe portée pour sa toute première revue en 1959.

Les costumes sont autant de symboles de l’histoire de la musique mais aussi de ce qu’elle a d’actuelle puisque l’alliance entre grands couturiers et artistes perdure. En effet, le CNCS met en valeur les collaborations entre les couturiers et les artistes contemporains comme par exemple celles des stars internationales Beyonce (corset en velours noir de Thierry Mungler), Lady Gaga (robe en soie bleue de Pascal Millet) ou bien Rihanna (robe chemise d’Alexandre Vauthier).

 

Rihanna. Robe chemise Alexandre Vauthier, défilé Haute-Couture PE 2014, portée aux Grammy Awards. Robe satin double face couleur chartreuse. Prêt Alexandre Vauthier. ©DR

 

En mettant les costumes à nu, le musée dévoile les différents aspects qu’ils incarnent. En effet, celui-ci n’est jamais anodin. On le porte délibérément lors des grandes occasions ; concerts, remise de prix, défilés…Il rompt la banalité et renvoie souvent à un imaginaire fantasmé. Le costume de scène permet en premier lieu de transformer et de magnifier celui qui le porte. Il est une carapace, une armure, presque une cape de super héros avoue Mademoiselle K. Mais il est surtout le moyen de conquérir le public. A ce titre, on raconte que c’est le costume de Jean Paul Gaultier imaginé pour Yvette Horner à l’occasion du défilé-spectacle du Bicentenaire de la Révolution Française (1989) qui permit de relancer la carrière de l’accordéoniste. Comme si le costume était finalement le moyen même d’atteindre la consécration face au public, costume d’ailleurs que certains se faisaient arracher par les groupies lors des concerts. L’exposition révèle les rapports étroits entre les artistes et leurs costumes en mettant particulièrement en avant la part créatrice qui s’exprime dans leur rapport au public.

 

                                       Line Renaud, jupe et cape pailletées de José Vinas portées pour la revue « Casino de Paris », Las Vegas, 1968. © CNCS / Florent Giffard

 

                                     Line Renaud, revue « Casino de Paris », Las Vegas, 1968. © Collection Line Renaud

 

 

                   Le duo Brigitte, robes d’Alexis Mabille portées aux 30e Victoires de la Musique, 2015.© CNCS / Florent Giffard

                    yAlain Bashung, costume de Jean Colonna porté lors de la « tournée des grands espaces », 2003 © CNCS / Florent Giffard

                                        Renaud, blouson porté lors d’un concert au Zénith, 1984.© CNCS / Florent Giffard

                                      Etienne Daho, costume Yves Saint Laurent porté lors du « Diskönoir tour », 2014-15.© CNCS / Florent Giffard

                                                 Costume de Barbara, Hippodrome de Pantin, 1981.© CNCS / Florent Giffard

                                      Costume porté par Claude François.© CNCS / Florent Giffard

 

 

Aussi, la fin du parcours est entièrement consacrée à la métamorphose de Matthieu Chedid  en son personnage de scène, double extravagant à la coiffure unique, aux lunettes customisées et aux costumes multicolores.

Déshabillez-moi est finalement une exposition sur la culture populaire qui nous replonge dans le culte de nos idoles. Une exposition joyeuse et festive qui nous donnerait presque envie de pousser la chansonnette !

 

                                             Matthieu Chedid © Nicolas Guérin

                        Matthieu Chedid, costume agnès b. porté pour la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.© CNCS / Florent Giffard

Matthieu Chedid, costume de Macha Makeïeff, coiffe en plumes de Gérald Portenart, lunettes modèle Peggy Guggenheim portés lors de la tournée « Mister Mystère », 2009. © CNCS / Florent Giffard

 Guitare « Billie » créée par Cyril Guérin pour Matthieu Chedid à l’occasion de la tournée « Qui de nous deux ? », 2003.© CNCS / Florent Giffard

                                         Matthieu Chedid, lunettes James Thierrée portées lors de la tournée « Îl », 2013.© CNCS / Florent Giffard

 

 

Quelques mots sur le CNCS

Le bâtiment, édifié en 1767, fait d’abord office de caserne militaire (la première construite sous le règne de Louis XV). Il offre un hébergement aux soldats qui, suite à la réforme des armées, ne sont désormais plus accueillis chez l’habitant. Construit d’après les plans de l’architecte Jacques Denis Antoine, il témoigne des prouesses architecturales de la fin du XVIIeme siècle : grandeur des proportions, qualité des matériaux et impressionnante maîtrise dans la taille de pierre révèlent le faste de la monarchie. Au cours des siècles, le Quartier Villars accueille divers corps d’armée et connait de belles heures de gloire à travers bals, concerts et revues. C’est d’ailleurs aux bras d’un officier habitué du quartier Villars qu’une jeune couturière surnommée Coco part pour la capitale. Ensuite endommagé durant la guerre de 1940, puis plus tard délaissé, ce n’est qu’à partir de 1984 – année à laquelle le bâtiment est classé au patrimoine des Monuments historiques – que le lieu fait l’objet d’une rénovation et devient exclusivement dédié au costume de scène.

Depuis 10 ans maintenant, le CNCS redonne vie et dynamisme au monument historique du  quartier Villars de Moulin (région Rhône Alpes).

 

                                  Façade © CNCS

 

Tags:

Please reload