© LE PRISME magazine 2015-2019

Le littoral breton, 7 expériences pour se déconnecter

23/06/2017

Taquiner le maquereau à Binic-Étables-sur-Mer, fabriquer des savons à Cancale, jouer les sentinelles avec les gardes du littoral à Perros-Guirec, s’improviser skipper à Plougasnou, retomber en enfance à Pléneuf Val André, mettre les voiles à Trébeurden, découvrir le métier d’ostréiculteur à Arzon-Port du Crouesty-Port Navalo : cap sur 7 expériences bretonnes !

 

© DR 

 

 

Buller dans une savonnerie en Ille-et-Vilaine

 

Où ça ? A Cancale, au cœur de la Savonnerie Cancalaise

Quoi faire ? Participer à un atelier de fabrication de savons naturels ! Installées depuis 2010, 2 sœurs, Morgane & Tiphaine, proposent de se frotter à la saponification à froid, une méthode artisanale à basse température qui conserve toutes les vertus des huiles végétales et des huiles essentielles. Après

un petit cours de chimie autour d’un café, les participants (4 maximum) choisissent leurs matières

premières, leur parfum, leur colorant naturel puis réalisent leur propre pain de savon de 500 gr.

Pourquoi c'est bien ? Parce que le cours, de 3h, est très complet ! Livret de savonnerie qui permet de reproduire l’expérience chez soi, matériel de fabrication, équipement de protection, matières premières et huiles gourmandes : tout est fourni !

 

Le + : les packaging design qui invitent au voyage : "Régate à Cancale", "Saint-Malo Port d’attache" ou encore

"Passage Brady " à base de Palmarosa & Fils de Soie.

 

 

 

Faire une trêve des confiseurs dans les Côtes-d'Armor

 

Où ça ? A Pléneuf Val André, près de Saint-Brieuc

Quoi faire ? Retomber en enfance ! En 1928, un pâtissier, ouvrier à Paris, obtient des propriétaires d'une maison du Val André, l'autorisation de monter un petit cabanon pour vendre des sucettes. 90 ans plus tard, la fabrication artisanale des sucettes du Val André n’a pas pris une ride ! Véritable institution dans la station, elle se décline aujourd’hui dans un éventail redoutable de 60 parfums, posant fièrement aux côtés de nombreux bonbons et autres caramels au beurre salé.

Pourquoi c'est bien ? Parce qu'il est possible de visiter la fabrique à Saint-Alban ! Dans un décor de machines anciennes et de parfums envoûtants, les visiteurs peuvent observer les gestes du confiseur : préparation du sirop, cuisson, filage et emballage.

 

Observation, explication, dégustation : la sucette du Val André devient vite la Madeleine de Proust des

vacanciers !

 

 

Taquiner le maquereau en Baie de Saint-Brieuc

 

Où ça ? A Binic-Étables-sur-Mer

Quoi faire ? Une initiation à la pêche en mer ! A bord du Blizzard, un authentique coquillier, les passagers sont invités à découvrir le quotidien d’Yves Minier un patron pêcheur qui drague la coquille Saint-Jacques en hiver. L’été, il initie les apprentis pêcheurs à la pêche aux maquereaux et leur offre une vraie aventure maritime et une sortie fructueuse !

 

Pourquoi c’est bien ? Idéales en famille ou entre amis, les sorties permettent de revenir au port avec de

beaux maquereaux fraîchement pêchés. Le must pour les grillades du dîner ou pour l’apéro-rillettes.

 

 

Jouer les sentinelles sur la Côte de Granit rose

 

Où ça ? A Perros-Guirec, dans les landes de Ploumanac'h

Quoi faire ? Partir à la découverte des côtes bretonnes avec les gardes du littoral ! Toute l’année, ils veillent à la praticabilité du sentier, à la propreté des grèves et du chemin et sensibilisent les visiteurs au bon usage des lieux. Préservation des milieux naturels contre l’embroussaillement, les dégradations et l’érosion, travail d'observation et de recensement de la faune et de la flore : les gardiens veillent sur 78 hectares, de Trestraou à Ploumanac’h et protègent la trentaine d’espèces végétales présentes sur la lande telles que bruyère, ajonc, chèvrefeuille...

 

Pourquoi c’est bien ? Les gardes du littoral sensibilisent les visiteurs aux enjeux du littoral breton, répondent aux questions et font partager leur métier via des animations, des chantiers nature et des suivis naturalistes passionnants.

 

 

La Tour des îles sur la côte de granit rose

 

Où ça ? A Trébeurden, une petite station blottie dans les Côtes-d'Armor

Quoi faire ? Prendre la barre du Bag an holl, un voilier issu d’un chantier solidaire. Construit par des bénévoles de l’école de voile et des charpentiers volontaires, le Bag an holl ("bateau de tous") est partagé par les écoliers, les locaux, les associations, les touristes. Projet local à vocation sociale, il offre la possibilité de se balader autour des îles de Molène, Fougère, Millau ou de partir pour une virée au coucher de soleil parmi les iles et ilots au large de Trébeurden.

 

Pourquoi c’est bien ? Parce que les passagers ont accès aux manœuvres, les voiles et la barre, tout au long de la balade. Outre s’initier à la navigation, les sorties permettent de découvrir le territoire, les côtes, la faune et la flore mais aussi l’histoire des îles et des îlots autour de la station.

 

 

S’improviser skipper en Baie de Morlaix

 

Où ça ? A Plougasnou, dans le port du Diben

Quoi faire ? S’immerger dans le patrimoine maritime breton ! A bord de l'Amzer'zo, il y a le temps, en breton, les passagers embarquent pour une journée avec Eric , le skipper, à la découverte des secrets de la Baie de Morlaix. Reproduction d'un cotre de pêche du XIXe siècle, le voilier vogue lentement et paisiblement de Plougasnou jusqu'à Roscoff en passant par les îlots emblématiques tels que le château du Taureau, l’île Noire, l’île Louët, l’île de Batz.

 

Pourquoi c’est bien ? Parce que le skipper navigue au gré des envies et des goûts de ses passagers !

Invitations à s'essayer aux manœuvres, au matelotage, à lire une carte marine, à barrer, à se jouer des marées, à découvrir les animaux de la baie, en particulier les oiseaux de la réserve ornithologique ou narrer l’histoire de l'une des plus belles baies du monde : la balade se veut privilégiée et intimiste.

 

 

Sortir de sa coquille dans le Golfe du Morbihan

Où ça ? A 7 km d’Arzon-Port du Crouesty- Port Navalo, à la Pointe de Bréhuidic

Quoi faire ? Vivre, le temps d’une journée, la vie de Marion Eudé, ostréicultrice au chantier de Brehuidic à Sarzeau. Chaque année, ce sont 10 000 tonnes d’huîtres qui grandissent pendant 3 ans dans les eaux claires du golfe du Morbihan. Elle retourne, décolle et trie seule les fameux mollusques et approvisionne ensuite les restaurants et les poissonneries de la presqu’île de Rhuys. Des naissains accrochés aux collecteurs jusqu’à l’affinage des huîtres, Marion Eudé explique ainsi tout le processus de fabrication.

 

Pourquoi c’est bien ? Outre une sensibilisation à la vie marine et à l’environnement breton, les visiteurs s’initient au métier d’ostréiculteur, les pieds dans l'eau à la recherche d’huîtres, de couteaux et de palourdes. Cerise sur le plateau, la visite – aussi ludique que pédagogique et dans un cadre magique – se termine par une incontournable dégustation !

 

 

Plus d'informations

 

http://www.sensation-bretagne.com/

 

 

 

 

 

 

Please reload