Une approche de la permaculture, avec Fèriel Bissekri

19/09/2017

Designer en Permaculture et Directrice de collections Permaculture et Agroforesterie aux éditions MUSEO, Fèriel Bissekri a bien voulu nous éclairer sur le concept de la Permaculture afin de comprendre davantage cette pratique de plus en plus en plus en vogue…

 

 

© DR Rencontre avec la Permacultrice, Fèriel Bissekri

 

 

Comment pratiquez-vous la permaculture?

 

Notre rôle est d’aider les collectivités les particuliers, les entreprises, les collectifs à mettre en place des projets en permaculture urbaine notamment. Composée d’une partie ingénierie  (on dit “Design” en permaculture, c’est-à-dire conception, aménagement, planification et organisation)  et  d’une partie sensibilisation (créations d'événements, formations, initiations à la permaculture …) notre agence vise à apporter des solutions adaptables aux problématiques de chaque situation avec son  environnement dans des contextes urbains différents . Pour certains de nos projets, nous travaillons avec des corps de métier différents : architectes, paysagistes... cette pluridisciplinarité est en effet riche d’enseignement, d’émulation et donc de créativité. Aujourd’hui, de nombreuses villes réfléchissent à leur végétalisation, notamment au travers de la problématiques de l’agriculture urbaine, aussi avons-nous de plus en plus  la possibilité de participer à des appels d’offres publics.



 

Quelle est la définition de la permaculture ?

 

Concept créé dans les années 1970 en Australie par Bill Mollison et David Holmgren la permaculture provient de la combinaison des termes “permanent” et de “culture” : culture de la permanence. A la fois éthique, philosophie et méthode de conception, la permaculture  est une méthode systémique qui permet de répondre à tous nos besoins humains (production d’énergie, production de nourriture, production d’eau, production d’habitat, gestion des déchets…). Avec le végétal comme acteur central, cette démarche permet prendre en compte toutes les ressources de la nature pour viser une autosuffisante et une résilience dans nos modes de vies.

 

 

 

 

© DR Croquis :  le végétal élément principal qui participe à l’apport de nos besoins essentiels : notre organisme est dépendant du végétal mais peut également lui apporter des ressources nutritives

 

 

Comme l’évoque Bill Mollison, co-fondateur de la permaculture, “(...) la permaculture est à la fois une éthique, une philosophie, une science et une méthode pour planifier, concevoir, aménager et maintenir des (éco)systèmes très productifs, ayant la diversité, la stabilité et la résilience des systèmes naturels.”


 

Quelle est la différence entre notre agriculture actuelle et la permaculture ?

 

Provenant du terme “ager “ qui signifie champs (cultiver en milieu ouvert), l'agriculture aujourd’hui injecte entre 15 et 20 calories (irrigation, énergies fossiles pour les machines, labour, pesticides, engrais…) pour n’en récolter qu’une seule, elle est donc à la fois chronophage et énergivore.

 


 

 

 

@ DR Croquis :  culture classique :  gaspillage, surprotection et appauvrissement du sol

 

 

La permaculture s’inspire des écosystèmes existants et notamment des systèmes forestiers. En effet la forêt a cette capacité à se régénérer et créer sa propre biomasse et d’être ainsi un système totalement autonome et régénératif. Ainsi par exemple, nous ne retournons pas la terre et la mulchons (couvert de matières organiques azotées et carbonées) et d’autre part, diversité et densité végétales sont fondamentales (les déchets des uns sont la nourriture des autres). A terme la permaculture ne nécessite plus d’intervention humaine à part la cueillette.

 

 

© DR Croquis : La permaculture s’inspire des écosystèmes déjà existants comme les systèmes forestiers

 

 

La permaculture est-elle efficace au niveau de la rentabilité ?

 

Un système permaculturel produit beaucoup plus qu’un champ, sauf qu’en permaculture on va produire de nombreuses espèces, pas seulement une, deux ou trois... Aussi cela demande plus de “cueilleurs” là où l’agriculture mécanise les récoltes. En effet, nos systèmes permaculturels sont conçus en 3 dimensions (l’agriculture n’en a que deux) et nous avons de nombreuses strates de végétaux (herbacées, couvre-sols, lianes, arbres, arbustes…).  

 

 

 

 

© DR Croquis : la diversité d’espèces végétales regroupés dans un même champs permet de diversifier les rendements, de protéger

 

 

La ville est-elle propice pour développer la permaculture ?

 

Oui ! La permaculture peut s’appliquer sur tous les types de typologies du bâti (toitures, murs, terrasses…), au pied des arbres, en pleine terre. Ce qu’il y a d’extraordinaire c’est que dès lors que l’on laisse la nature s’exprimer, la biodiversité (diversité du vivant) s’installe très vite. Aujourd’hui la végétalisation des villes est une urgence, elle permet tout à la fois d’atténuer les ilôts de chaleur, de produire de la nourriture, de produire de l’oxygène, de dépolluer notre air, de gérer les eaux pluviales, d’accueillir une biodiversité riche et variée, de créer des lieux accueillants pour les habitants …. L’enjeux actuel n’est plus d’opposer milieu urbain et milieu rural mais de les interconnecter.

 

 

 

 

© DR Croquis : les opportunités nombreuses  de créer des cultures dans les villes : les trottoirs, les devants de portes, les balcons, les cours les toitures ...


 

 

© DR Croquis : autres avantages d’une végétalisation des villes : le développement d’un bien être visuel, une respiration urbaine, renouer des liens sociaux entre les habitants

 

 

Please reload

© LE PRISME magazine 2015-2019