© LE PRISME magazine 2015-2019

Carrefour du Cinéma d'Animation au Forum des Images, le Japon à l'honneur du 13 au 17 décembre 2017

22/11/2017

Créé par le Forum des images, le Carrefour du cinéma d’animation aborde sa 15e édition avec un programme des plus riches : de nombreux invités français et internationaux, des longs métrages en avant-première ou inédits, des secrets de fabrication, un festin de courts métrages, des séances familiales et, pour la première fois, une journée professionnelle. Une nouvelle année placée sous le signe du pays du soleil levant pour fêter les 100 ans de l’animation japonaise.

 

 

 

LE JAPON À L’HONNEUR

Le Forum des images se devait de célébrer dignement le centenaire de l’animation japonaise, que sa programmation illustre déjà d’année en année. À cette occasion, le réalisateur Keiichi Hara est l’invité d’honneur de cette édition, avec le soutien de la fondation franco-japonaise Sasakawa. Sa venue permet de se pencher en détail sur sa carrière, lors d’une master class exceptionnelle (animée par le journaliste Alexis Hunot), et des projections, en sa présence, d’Un été avec Coo, de Colorful et de l’inédit Crayon Shin-Chan. Trois œuvres majeures du cinéma d’animation japonais seront à voir ou à revoir lors d’une soirée « films cultes » : Nausicaä de la vallée du vent, premier grand succès d’Hayao Miyazaki, Souvenirs goutte à goutte d’Isao Takahata, une œuvre intimiste entre nostalgie de l’enfance et réalisme du quotidien, et Tokyo Godfathers du regretté Satoshi Kon, qui démontre de manière virtuose tout son talent et son originalité. Trois films importants pour trois cinéastes que le Forum des images a eu à cœur d’accueillir par le passé. À découvrir également dans les espaces du Forum des images pendant toute la durée du festival et jusqu’au 31 décembre, l’exposition The Art of Anime, co-organisée avec Ynnis Editions et AnimeLand. Un panorama exceptionnel de dessins originaux provenant de séries inoubliables - Albator, Les Chevaliers du Zodiaque, Dragon Ball Z… - qui retrace les évolutions de l’animation japonaise dans la deuxième moitié du XXe siècle.

 

UNE SÉRIE DE LONGS MÉTRAGES EN AVANT-PREMIÈRE

Trois films japonais seront proposés en avant-première au cours du festival : après Lou et l’île aux sirènes, récompensé du Cristal du long métrage au Festival d’Annecy, le génial et prolixe Masaaki Yuasa signe Night is Short, Walk on Girl, présenté en soirée d’ouverture. Une comédie romantique haute en couleurs, qui se déroule l’espace d’une nuit dans les rues de Kyoto. En soirée de clôture : Fireworks, réalisé par Akiyuki Shinbo et Nobuyiki Takeuchi. L’histoire de deux lycéens intrigués par la forme que prennent les feux d’artifices une fois vus de côté. Par l’équipe de Your Name, ce long métrage démontre à nouveau une grande maîtrise dans la lignée des œuvres de Makoto Shinkai. A Silent Voice de Naoko Yamada, premier long métrage émouvant d’une jeune réalisatrice sur la différence et le harcèlement : pris de remords, un garçon tente de retrouver la jeune fille qu’il a persécutée à l’école, des années plus tôt, en raison de sa surdité. Le bédéiste Guillaume « Run » Renard présente Mutafukaz, film de science-fiction trash et survolté, dans la veine des Kassos. Le réalisateur chinois indépendant Jian Liu, qui avait présenté au Forum des images son premier long-métrage Piercing I, revient avec un film controversé sur la société chinoise et interdit de diffusion à Annecy : Have a Nice Day.

 

UN FESTIVAL DE COURTS-MÉTRAGES

Comme chaque année, le Carrefour du cinéma d’animation fait découvrir une sélection éclectique de courts métrages réalisés à travers le monde. Trois séances mettent en lumière des films français où jeunes artistes et vétérans de l’animation déploient leurs univers très personnels, comme dans le charnel Vibrato de Sébastien Laudenbach, hommage érotique au Palais Garnier et à son architecte, ou La Dent du bédéiste Guy Delisle, qui s’amuse des petits mensonges qui jalonnent le quotidien des parents. Les cinéastes d’animation qui utilisent leur art pour évoquer les oppressions, conflits et injustices sont également mis à l’honneur dans une séance spéciale « politique et animation ». Parmi eux, Loup Blaster présente Al Hurriya – Freedom – Liberté, vision délicate des conditions de vie des personnes exilées à Calais. Dans 3013, Borislav Sajtinac traite du sort d’un évadé de prison perdu dans le désert. Amer Albarzawi nous plonge dans le monde d’un petit vendeur de mouchoirs qui se rêve inventeur dans Yaman. Les trois réalisateurs échangeront sur les spécificités de leur travail et leur thématique au côté de Pierre Puchot, journaliste spécialiste du Moyen-Orient. Et aussi : la reprise du palmarès des European Animation Awards, en présence des créateurs de l’évènement, Didier Brunner et Jean-Paul Commin, les Cour(t)s d’écoles et leurs quatre panoramas de fin d’études, un programme exceptionnel pour les 10 ans de la résidence de Fontevraud et le best-of du SIGGRAPH Computer Animation Festival.

 

 

LA FABRIQUE DE L’ANIMATION

Le « Cadavre exquis animé », court métrage, réalisé pendant le festival par une cinquantaine d’étudiants en cinéma d’animation, est parrainé cette année par le bédéiste Bastien Vivès, remarqué pour son œuvre foisonnante, allant du drame intimiste à l’érotisme en passant par le manga. Le succès de ses romans graphiques, tels que Polina (adapté au cinéma l’an dernier) ou Le Goût du chlore, le place parmi la relève de la bande-dessinée française. Vendredi 15 décembre, il reviendra sur sa carrière et ses influences, extraits à l’appui, lors d’une rencontre exceptionnelle. Le festival offre au grand public l’opportunité de découvrir, en présence de leurs auteurs, les images de films en cours de production : les très attendus Dilili à Paris, de Michel Ocelot, plongée dans le Paris de la Belle Époque, et Les Hirondelles de Kaboul d’Éléa Gobbé-Mévellec et Zabou Breitman, adapté du roman de Yasmina Khadra. Peter Dodd, directeur artistique de Ethel & Ernest, reviendra sur la genèse de ce film d’une poésie rare, racontant la vie quotidienne des parents de Raymond Briggs, auteur de la BD dont s’inspire le film, dans le Londres des années 1930 à 1970. Un hommage à Jean-Christophe Averty, pionnier des effets spéciaux sur petit écran disparu le 4 mars dernier, sera rendu lors d’une conférence animée par Pascal Vimenet, suivie de la projection du film Les Mariés de la tour Eiffel qu’il a réalisé en 1973.

 

UNE JOURNÉE PROFESSIONNELLE

Nouveauté de cette 15e édition du Carrefour, une journée professionnelle (jeudi 14 décembre) permet d’aborder différentes thématiques propres au cinéma d’animation à travers des rencontres avec les acteurs du secteur, comme le « work in progress » du film Young Perez, à poings fermés de Jean-Jacques Kahn et Franck Van Leeuwen. À ne pas manquer : la rencontre avec le réalisateur colombien Santiago Caicedo, qui présentera plusieurs de ses courts métrages (Moving Still, Come Coco), ses clips musicaux… mais aussi des images de son premier long métrage, Virus Tropical. Une saga familiale ambitieuse, drôle et décalée, adaptée de la bande dessinée du même nom. D’autres projets sont également à découvrir comme l’adaptation d’un livre illustré par Benjamin Lacombe dans un projet transmédia, Les superhéros détestent les artichauts, produit par la société Les Valseurs, avec plus de 40 écrans intéractifs, une bande dessinée animée en 3D, 30 minutes de musique et une minisérie d’animation. Le studio BobbyPils, qui réunit les nouveaux talents de l’animation française, présentera ses trois premiers projets : Crising Jung, Super Fuck Friends et Chmite.

 

Le Carrefour du cinéma d’animation est organisé par le Forum des images en partenariat avec : la DRAC Île-de-France / HP / TVPAINT / YNNIS EDITIONS / THE ART OF ANIME / Le Bonbon / Senscritique / Zoo Mag / Afca / Animeland / Nolife / Catsuka

 

(source : cp)

 

Informations

Forum des images

Tél. +33 (0)1 44 76 63 00

www.forumdesimages.fr

 

 

Tags:

Please reload