Hubert de Givenchy : « La robe doit suivre le corps d'une femme et non l'inverse »

16/03/2018

Portrait d'Hubert de Givenchy, l'un des derniers grands couturiers qui nous a quitté le 10 mars dernier.

 

 

Né en 1927, Hubert James Taffin de Givenchy (de son nom complet) était passionné de mode dès son plus jeune âge. Au point de monter à Paris à l'âge de 10 ans pour rencontrer le couturier Cristóbal Balenciaga, qu'il admirait. La rencontre tant attendue attendra encore quelques années.

 

Il débute sa carrière à 17 ans, découvrant simultanément l'univers des petites mains et celui des mondaines en quête de robes de soirée. Sept ans plus tard, il ouvre sa maison de couture, stimulé par l'exemple de son aîné Christian Dior, et s'impose comme le couturier du "chic décontracté".

 

 

Sa rencontre en 1953 avec Balenciaga, son "maître", est déterminante. Elle accentue son goût pour le vêtement architecturé et une certaine épure qui va devenir le style Givenchy: une élégance sans ostentation laissant une grande place au confort, à l'image des petites robes noires prisées de ses clientes internationales, têtes couronnées comme stars de cinéma.

 

 

 

 

 

Grand collectionneur d'art, Hubert de Givenchy possédait de nombreuses œuvres dans le château où il se réfugiait souvent avec son compagnon, dont de nombreux Giacometti.

 

 

 

 

 

 

 

 

"Tant dans les robes longues de prestige que dans les tenues de jour, Hubert de Givenchy a su réunir deux qualités rares : être novateur et intemporel", a réagi Bernard Arnault, à la tête du LVMH tandis que la créatrice Clare Waight Keller, qui a présenté sa première collection haute couture chez Givenchy en janvier, a salué la mémoire d'un "gentleman" sur son compte Instagram.

 

Plus de vingt ans après s'être retiré du monde de la mode, le couturier gardait un œil critique sur les évolutions de son métier.

 

Maintenant, je trouve qu'il y a une sorte de laisser-aller, je pense que la mode est devenue autre chose et je ne peux pas dire que je suis enthousiasmé. Il y a la mode et des modes " disait-il en amont de l'exposition qui lui était consacrée à Calais.

 

(source communiqué afp)

Please reload

© LE PRISME magazine 2015-2019