8 portraits de femmes entrepreneures

L'Agence Flag présente les portraits de huit femmes, cheffes d'entreprise, toutes engagées pour un monde plus durable et plus responsable, en cette Journée internationale des droits des femmes.



Photo : agence Flag


Jennifer Maumont, co-fondatrice de JULES & JENN


Après HEC et un début de carrière dans de grandes entreprises, comme Christian Dior, Jennifer fonde d'abord Eclipse, une marque de chaussures dans l'esprit fast fashion. Mais l'entrepreneuse réalise rapidement qu'elle ne se reconnait pas dans tout ce gaspillage. Même constat et envie de changement du côté de son mari Julien.

Globe-trotteurs dans l’âme, ils décident alors de prendre le large et de partir pour un tour du monde pendant un an, avec leurs enfants. C’est au cours de ce voyage qu'ils prennent réellement conscience de l’impact que l’industrie de la mode peut avoir sur l’environnement.

A leur retour, le couple se lance à deux dans la création d'une marque durable et éthique, JULES & JENN, qui propose différentes gammes de chaussures et d'accessoires en cuir.

Avec cette marque, Jennifer souhaite montrer qu'il est possible de proposer des produits de qualité à prix abordable et avec un moindre impact sur l'environnement.



Laetitia Van de Walle, fondatrice de Lamazuna


En 2010, Laëtitia Van de Walle, alors âgée de 25 ans, décide de changer sa façon de consommer pour la rendre meilleure et pour partager ses convictions autour d'elle. Elle commence par un geste simple : remplacer ses cotons démaquillants quotidiens et sa lotion par des lingettes en microfibre ultra douces et réutilisables des centaines de fois. Après avoir trouvé le concept, encore fallait-il trouver le nom. C'est Nika, son colocataire géorgien qui l’inspire en trouvant "Lamazuna", qui signifie "Jolie jeune fille" dans sa langue.


Petit à petit, Laetitia fait grandir Lamazuna pour proposer toujours plus de produits « écolonomiques » : la coupe menstruelle Lamazuna, appelée Cup féminine, l'Oriculi, ce drôle d'instrument qui remplace les coton-tiges et réutilisable à vie, mais aussi toute une gamme de cosmétiques solides : shampoing, déodorant, dentifrice… Tous d’origine naturelle et 100% véganes.


Enfin en 2018, Laetitia lance également KABANES, un e-commerce dédié à la mode écoresponsable et éthique qui devient en novembre 2019 Lamazuna mode. En 10 ans, grâce à Lamazuna, Laetitia Van de Walle a permis d'éviter 45 millions de déchets !



Sandra Legel, fondatrice de BIOM Paris


Sandra Legel créée Biom Paris en mars 2016 pour réinventer les objets du quotidien avec une approche écologique. Elle base son approche sur une efficacité optimale, un impact environnemental minimal, ainsi que la création d’objets durables avec un éco-design.


Sandra ose et investit l’univers glamour des toilettes avec un premier produit "bbb La Brosse", un balai brosse éco-conçu et Made in France. La créatrice a observé les feuilles d’arbre et leur fonction déperlante naturelle pour créer ce produit iconique de la salle de bain. Sandra élargit ensuite sa gamme d’accessoires éco-conçus avec des savons et une serviette de toilette en nid d'abeille fabriquée à Paris.


Pour Sandra, l’éco-industrie, c’est un défi, une opportunité, mais surtout une nécessité : produire de manière responsable des objets durables et sains, là est le vrai enjeu d'une économie plus responsable et moins polluante.





Christèle Merter, fondatrice de La Gentle Factory


Christèle Merter, ingérieure textile en charge de la qualité et du développement durable au sein d'Happychic pendant 10 ans, créé en 2013 La Gentle Factory. D'abord sous la forme d'un label, La Gentle Factory se développe à travers des collections capsules 100% made in France pour les grandes enseignes du groupe.

En janvier 2019, Christèle Merter reprend l’entreprise et La Gentle Factory quitte Happychic pour prendre son envol. La start-up s'installe avec son équipe de 10 personnes dans une ancienne filature à Roubaix, là où la marque est née.

Aujourd'hui, La Gentle Factory est distribuée dans une quarantaine de points de vente. La marque devrait atteindre 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2019 avec une croissance à deux chiffres, et tripler son chiffre d'affaire en trois ans.

L'objectif de Christèle Merter est simple, faire perdurer les valeurs qui animent la marque depuis son commencement : la transparence, l'innovation, la qualité ... et le style !




Kareen Maya Levy, co-fondatrice de kippit


Kareen Meyer Levy a eu l'idée de son entreprise il y a six ans, après la panne de trop. Son lave-linge avait cessé de fonctionner juste après l’expiration de la garantie et le réparateur lui avait tout simplement dit qu’elle n’avait plus qu’à en acheter un neuf plutôt que d’essayer de le réparer.


Elle raconte: « En tant que citoyenne, je me disais que ce n’était plus possible de fonctionner ainsi. Je dirigeais à l’époque un institut de sondage et, avec mon associé, nous songions justement à changer d’activité. Nous rêvions d’une entreprise plus utile et davantage porteuse de sens. Et si nous imaginions un électroménager plus solide, qui ne se jette plus ? Nous avons vendu notre société et tout réinvesti pour fonder kippit. »


En collaboration avec l’Institut des arts et métiers (Icam) de Toulouse, Kareen et son associé conçoivent leurs premiers prototypes : un lave-linge, puis une bouilloire afin de se lancer sur ce nouveau marché avec un produit qui parle à tout le monde. En novembre dernier, ce second équipement a reçu le prix de l’innovation au Salon du made in France.


La bouilloire Jaren bénéficie du label Longtime qui certifie les produits vraiment durables et est fabriquée en France pour faire fonctionner l’économie locale. Kareen veut ainsi lutter contre l’obsolescence programmée, pour à terme, faire des économies et protéger la planète.



Marion Lemaire, fondatrice de SPL!CE Paris


Suite à une prise de conscience survenue alors qu'elle menait une brillante carrière dans le secteur de la banque, Marion Lemaire décide de changer ses habitudes de consommation et commence à adopter un mode de vie plus responsable. Créer une marque de mode éthique, éco-responsable et Made in France devient alors une évidence.

En 2018, elle quitte son poste à responsabilité et lance SPL!CE sa marque éco-responsable spécialisée dans les vêtements en lin français. Grâce à une production locale, Marion Lemaire peut garantir une excellente traçabilité de ses produits : de la culture de la graine de lin auprès des agriculteurs en Normandie, jusqu'aux packaging en région parisienne, la créatrice contrôle toutes les étapes de fabrication de ses vêtements.

Aujourd'hui, les différentes étapes de la culture du lin se font en France à l'exception de la filature. Afin de pouvoir prochainement proposer un vêtement 100% français, de la graine aux dernières finitions, Marion Lemaire s'est associée à 1083 pour créer LINPOSSIBLE dont elle est la porte-parole. Ce collectif, soutenu également par Le Slip Français, a pour objectif de réunir des marques engagées dans le Made in France et prêtes à s'unir pour relocaliser la filature du lin en France.



Florence Baitinger, co-fondatrice de Gobi


Florence, rencontre ses futurs associés Xavier, et Samuel en février 2003 lorsqu’ils travaillent ensemble sur le débat National sur les Énergies. Après ce projet commun, ils décident qu'un jour ils créeront une entreprise ensemble. Quelques années plus tard face au gâchis des plastiques à usage unique notamment au bureau, émerge l’idée d’inventer une gourde réutilisable, qui pourrait remplacer gobelets et bouteilles en plastique dans les open-space.


Les trois amis quittent leurs emplois salariés pour se lancer dans l’aventure Gobi. En juin 2011, les premiers Gobi sortent d'usine. Légers, transparents, pratiques avec leur anse intégré au bouchon et personnalisables, ils séduisent Google France, Suez, le Conseil Général des Yvelines, Quiksilver, Dailymotion, Louis Vuitton…


A l’occasion de la COP 21 à Paris, Gobi est choisi pour équiper les 36 000 participants. Grâce à ce cap important, l’entreprise démarre une phase de croissance à deux chiffres, puis à trois chiffres à partir de 2019.


En 2020, Florence est fière de célébrer les 10 ans de la startup qu’elle a cofondée. Cet anniversaire coïncide avec une nouvelle étape de la législation anti-plastiques à usage unique car l’interdiction s’étend à de nouveaux produits, notamment les gobelets, les produits que Gobi souhaitait justement remplacer !


Gobi s’apprête à sortir de nouveaux produits, toujours écoconçus, personnalisables et Made in France : une gourde en verre, une en inox, des couverts réutilisables en inox, des mugs en verre...



Capucine Mercier, fondatrice de PliM


En 2005, Capucine, jeune ingénieure, rencontre une amérindienne qui fabrique elle-même ses protections lavables en tissu. Pour son peuple, le sang menstruel n'est pas un déchet et l'hygiène féminine n'est pas taboue. Convaincue, la jeune française décide de créer PliM en 2009, pour sensibiliser les femmes aux Protections Lavables Intimes Menstruelles, en créant des produits à haute exigence: coton bio, certifications maximales, fabrication Made in France.


Capucine n'a de cesse d'élargir sa gamme de produits pour proposer aux femmes toujours plus de solutions respectueuses de leur intimité. C'est ainsi qu'elle développe les premières culottes menstruelles 100% coton bio et Made in France, les Culottées, puis les Swim'PliM, des maillots de bain anti-fuite certifiées OEKO-TEX 100 et les protège-slips SMART.


PliM propose également des disques démaquillants lavables biface qui remplacent tous les cotons jetables, des pochettes et pochons en coton bio, des coussinets d’allaitement anatomiques en flanelle de coton bio pour la poitrine et sans toxique.


Les produits PliM sont 100% conçus et confectionnés en France avec amour et dextérité, par un atelier de prêt à porter de haute qualité respectant les normes de fabrication de produits d’hygiène en textile. Organisé en coopérative (SCOP), il est socialement participatif et équitable: 15 artisanes couturières, de 25 à 55 ans travaillent sur la production des produits.



(source cp agence Flag)







© LE PRISME magazine 2015-2020