Crinolines, tournures et chapeaux. La mode au temps des impressionnistes

Découvrez du 11 juillet au 15 novembre 2020 au Musée Industriel de la Corderie Vallois, l'exposition Crinolines, tournures et chapeaux. La mode au temps des impressionnistes. Les costumes de la deuxième partie du XIXème siècle, appartenant à la Dame D'atours, sont répartis en fonction des moments de la journée, du matin au soir, faisant la part belle aux loisirs tels que les balades au bord de la mer ou encore les bals.



La scénographie se déploie autour d'un dialogue entre reproductions de tableaux impressionnistes et de tenues d'époque, des années 1860 avec les crinolines du Second Empire jusqu'aux années 1880 et ses tournures, queues d'écrevisses ou faux-culs pour les femmes, qui changent jusqu'à cinq fois par jour, les hommes et leurs complets vestons qu'ils changent trois fois par jour et les enfants, ces derniers étant habillés de la même manière jusqu'à leurs 3 ans.


L'impressionnisme faire naître une peinture avec de simples moments de vie, de joie, du bon air. Moderne, dans l'air de son temps, le vêtement y trouve naturellement sa place car il contribue à vivre ces moments simples, rythmés par les changements de tenues. C'est l'époque du déploiement du chemin de fer, où l'on va en Normandie se ressourcer, en villégiature et peindre. La mode en adéquation avec les arts... D'ailleurs les pigments pour la peinture sont utilisés également pour la teinture des tissus. Le violet, grâce à la mauvéine, est la première couleur synthétique, en 1856 mais elle déteint énormément.


Les loisirs sont de plus en plus présents, avec notamment une tenue d'amazone pour pratiquer l'équitation, ou encore les promenades au bord de la mer. Notons que les tenues de sport étaient réalisées par les tailleurs masculins, pas aux couturières. Le soir, c'est le bal et ses robes surchargées de passementerie, tels que les rubans, preuves de bon goût à l'époque.


L'exposition est programmée dans le cadre de Normandie Impressionniste, festival pluridisplinaire, qui regroupe un ensemble d'événements culturels dans la région pendant tout l'été jusqu'à l'automne 2020.


Robe blanche, corsage séparé de la robe. Cache corset que l'on aperçoit.


Robe en gaze de Chamberry.


Détail robe.


Tenue d'amazone pour l'équitation, on peut remonter le jupon.




Costume de bain.


Tenues en coton pour les enfants. Pour les petits garçons, l'influence vient du costume de marin du Prince Albert d'Angleterre. Les petites filles s'habillent comme leurs mères, les mêmes formes et les mêmes tissus.


Robe verte d'après-midi très travaillée. Le liseré en bas s'appelle la balayeuse.


Robe noire en dentelle, manches 3/4, habituellement longues. Des gants viennent compléter la tenue.


Détail de la manche.


Bas, jarrets, corset dont les fermoirs devant sont assez modernes, culotte fendue...


Robe bleue d'après-midi.


Robe à tournure de réception à décolleté carré. La tenue de la femme est là pour montrer la richesse du mari. Cette dernière ajoute des choses, en changeant les ornementations, car on ne se montre pas deux fois avec la même robe.


Robe de bal, on y ajoute des fleurs fraîches à l'époque.


Tenue de soirée pour les hommes.


Accessoires de l'amazone.




Plus d'informations


Musée Industriel de la Corderie Vallois

185 route de Dieppe

76960 NOTRE-DAME-DE-BONDEVILLE

© LE PRISME magazine 2015-2020