Scènes de Yannis Kokkos au CNCS : une odyssée dans son univers scénographique

Jusqu'au 7 novembre 2021, le Centre national du costume de scène et de la scénographie à Moulins nous embarque dans l'univers du scénographe et créateur de costumes grec Yannis Kokkos. Cette exposition s'inscrit dans une volonté d'explorer la scénographie dans son ensemble, désir qui sera pleinement assouvi avec l'ouverture, en 2022, de l'extension du musée, actuellement en travaux.


Maquette de scénographie pour Pagliacci (Paillasse), Théâtre du Capitole, Toulouse, 2014 ©Archives Yannis Kokkos / IMEC

On reconnaît le trait vif de l'artiste...



"Tout commence avec le dessin et finit avec le dessin " Yannis Kokkos

Maquette de costume pour une dame représentant la nuit dans Hernani de Victor Hugo. Mise en scène d’Antoine Vitez. Scénographie et costumes Yannis Kokkos. Théâtre national de Chaillot et tournée, Paris, 1985. © Y.Kokkos


Costume de la dame représentant la nuit interprété par Joël Denicourt dans Hernani de Victor Hugo. Mise en scène d’Antoine Vitez. Scénographie et costumes de Yannis Kokkos. Théâtre national de Chaillot et tournée, 1985 © CNCS / Florent Giffard


CNCS Salle 2 Photo Jean Marc Teissonnier

La nuit personnifiée, avec utilisation de la fibre optique. Le velours est une matière qu'apprécie beaucoup Yannis Kokkos.



Comme à son habitude, le CNCS propose un parcours immersif, à travers treize salles, conçues autour de la nuit, ou plutôt les nuits, avec des thématiques comme ; les songes, les forêts (à titre d'exemple avec le ballet Sylvia, qui signifie forêt, ici revisité), le noir, jusqu'à la des temps plus lumineux, vers l'or avec le pouvoir, le blanc, les purs, et enfin le voyage sont évoquées.


Le processus créatif est ici convoqué dans son entièreté, du croquis à la scène. En effet, une centaine de costumes sont présentés, ainsi qu'une autre centaine de dessins et maquettes de décors. L'accueil du visiteur se fait avec des extraits vidéos des spectacles, et l'on assiste à un important travail de mannequinage tout au long de l'exposition.


Puis on entre dans l'atelier de l'artiste, son lieu de création dont on peut croire qu'il vient tout juste de le quitter, avec cette vidéo incrustée dans le plan de travail qui le montre en train de dessiner. Des photographies, croquis, cartes postales, reproductions de tableaux tapissent le mur en face du bureau.


Ensuite, on assiste à la naissance des costumes élaborés à partir de ses dessins. Des thèmes sont ici montrés, tels que le blanc, la nuit, l'enfance, la Grèce, le cheval, l'Histoire de l'art (par exemple l'influence de Joan Miró dans Hansel et Gretel dans un contexte plus social), l'origine du théâtre, des choix esthétiques comme les couleurs primaires (que l'on peut voir sur l'affiche de l'exposition), et surtout le duo blanc et noir, ou encore des éléments verticaux à l'instar des escaliers, des podiums et la boîte comme un cadre dans l'espace scénique.


La dernière salle, qui se révèle toujours surprenante, ne déroge pas à la règle pour cette exposition. Déclinée autour du voyage marin, ce qui lui confère une dimension symbolique forte, ainsi que des pièces monumentales comme la traîne de quinze mètres de long avec des nuances bleues et violettes.


Nicolas Sire, qui signe la scénographie (ce mot signifie, rappelons le, l'art de dessiner la scène), a travaillé avec Yannis Kokkos de la fin des années 1970 jusqu'au milieu des années 1980, à Chaillot et pendant les premières mises en scène de ce dernier.


Yannis Kokkos garde absolument tout. Il a pu ainsi donner de nombreux documents à l'Imec (Institut Mémoires de l'édition contemporaine). Il s'est également investi dans l'élaboration de l'exposition, ce qui permet de profiter du regard de l'artiste sur son œuvre.


Yannis Kokkos, scénographe, véritable architecte de l'espace scénique, et créateur de costumes a collaboré avec des metteurs en scène de théâtre tels qu'Antoine Vitez ou Jacques Lassalle. Depuis la fin des années 1980, il a été lui-même metteur en scène au théâtre et à l'opéra, en France et dans le monde. Au cours de sa carrière de 55 ans, il a travaillé sur plus de 200 spectacles. La richesse de l'exposition correspond à l'impressionnante densité de son parcours.


Le Crépuscule des dieux

Opéra et livret de Richard Wagner.

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos. Teatro alla Scala, 1998. Silvia Lelli

© Teatro alla Scala


CNCS Salle 3 Photo Jean Marc Teissonnier

Le ballet Sylvia est revisité avec Diane chasseresse dans cette création. La mythologie s'efface au profit du quotidien. Elle va devenir une autre femme avec la passion, l'amour. D'où cette robe de soirée rouge, éclatante.


Hänsel und Gretel

(Hansel et Gretel)

Opéra d’Engelbert Humperdinck

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos

Production créée au Théâtre du Châtelet, Paris en 1997, reprise en coproduction avec le Théâtre de Caen.

Reprise du Grand Théâtre de Genève, 2004

© GTG / Isabelle Meister (Archives du Grand Théâtre de Genève)


Die Vögel

(Les Oiseaux)

Opéra de Walter Braunfels

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos

Grand Théâtre de Genève, 2004

© GTG / Nicolas Lieber (Archives du Grand Théâtre de Genève)


CNCS Salle 4 Photo Jean Marc Teissonnier

Le découpage du tissu donne l'illusion des plumes. Les masques des oiseaux en crin au bas du visage dégagés, permettent aux interprètes de chanter.


Costume de flamant rose interprété par Bisser Terziyski dans Die Vögel

(Les Oiseaux)

Opéra de Walter Braunfels

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos.

Grand Théâtre de Genève, 2004

Prêt du Grand Théâtre de Genève.

© CNCS / Florent Giffard


Otello

Opéra de Giuseppe Verdi

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos

Festival d’Athènes, Opéra national grec, 2014

©Stefanos Kyriakopoulos


CNCS Salle 5 Photo Jean Marc Teissonnier

La peinture sur les tissus agit comme un véritable trompe l'œil, par rapport aux matières, notamment dans le cas des broderies grâce à la peinture gonflante...


CNCS Salle 9 Photo Jean Marc Teissonnier

Ici, hommage au théâtre dit de tréteaux, en convoquant les auteurs Pietro Mascagni et Ruggero Leoncavallo, dont les costumes sont inspirés par la commedia dell'arte, le cirque, mais également le cinéma italien de l'après Seconde Guerre mondiale.


CNCS Salle 11 Photo Jean Marc Teissonnier

Cet espace consacré aux tragédies, présente trois boîtes. L'antiquité est adaptée avec des coupes modernes, afin d'entrevoir la contemporanéité des œuvres.


CNCS Salle 12 Photo Jean Marc Teissonnier

En Grèce, la blancheur est associée aux rites funéraires, et ce depuis l'Antiquité. Le blanc et le vide renvoient donc à une certaine idée de la tragédie chez Yannis Kokkos.


Le Vaisseau Fantôme, opéra et livret de Richard Wagner, d'après Heinrich Heine.

Mise en scène, décors et costumes de Yannis Kokkos. Teatro Comunale, Bologne, 2000

© Primo Gnani - Teatro Comunale di Bologna


CNCS Salle 13 Photo Jean Marc Teissonnier

Cet espace donne l'impression d'être sur l'eau grâce à l'éclairage variable. On passe de la nuit au jour. Une tête de cheval, élément récurrent dans le travail de Yannis Kokkos apparaît et disparaît sous la toile tendue. Le soulier de satin de Paul Claudel et Le vaisseau fantôme de Wagner notamment sont évoqués. Une véritable immersion...


CNCS Salle 13 Photo Jean Marc Teissonnier


Costume de Doña Honoria interprétée par Madeleine Marion dans Le Soulier de satin

de Paul Claudel.

Mise en scène d’Antoine Vitez

Scénographie et costumes de Yannis Kokkos.

Festival d'Avignon, 1987

© CNCS / Florent Giffard

Costume

Affiche de l'exposition




Plus d'informations


À propos de Yannis Kokkos

Entretiens, INA : https://entretiens.ina.fr/memoire-du-theatre/Kokkos/yannis-kokkos


À propos du CNCS

Site officiel : https://www.cncs.fr/