Une exposition à découvrir aux Abattoirs de Toulouse dès la réouverture le 16 décembre : Sous le fil

Cette exposition, Sous le fil L’art tissu dans les collections de Daniel Cordier et des Abattoirs, initialement conçue pour célébrer le 100e anniversaire de Daniel Cordier à qui l’on doit la belle collection d’art textile qui y est présentée, devient un hommage à ce personnage emblématique récemment disparu. Ancien secrétaire de Jean Moulin pendant la Seconde guerre mondiale, Daniel Cordier (1920-2020), marchand de tableaux et collectionneur, est à l’origine d’une des plus grandes donations d’œuvres d’art à l’Etat français, dont la grande majorité est en dépôt à Toulouse, aux Abattoirs. Jusqu’au 30 mai 2021.


Pia CAMIL, Espectacular Telón V, 2013

Peinture, Toile libre Toile brute 100% coton teintée par pigments et cousue à la main

Collection les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse © Pia Camil. Crédit: Claire Dorn / Courtesy Galerie Sultana, Paris



Pour la première fois aux Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse, une exposition se consacre exclusivement au tissu sous toutes ses formes : tissé, cousu, tendu, coupé, déchiré, détourné, brodé, peint, façonné, designé, porté, etc. Intitulée SOUS LE FIL, elle associe une vingtaine de tissus historiques réalisés par des artistes inconnus de tous les continents à des œuvres d’une quarantaine d'artistes contemporains qui ont exploré les matériaux et les stratégies de l'artisanat et de l'industrie du vêtement.

Outre une soixantaine d'œuvres de la collection des Abattoirs, dont des acquisitions récentes, cette exposition permet d’offrir un regard exceptionnel sur des pièces rares, parfois d’une très grande fragilité, grâce à l’incroyable collection rassemblée par Daniel Cordier, récemment disparu et à qui ce projet était dédié pour son 100e anniversaire, collection donnée au Musée national d’Art moderne - Centre Georges Pompidou et déposée aux Abattoirs depuis leur ouverture.

En s’appuyant sur des savoirs dits féminins, artisanaux et domestiques, parfois pauvres, ces œuvres sont souvent marquées par l’engagement, celui de sortir des normes classiques des Beaux-arts, de s’affranchir des codes sociaux et de s’affirmer en faisant la part belle à toutes les identités, de genre (féminin, queer, etc.), d’âge et de lieu.

Ce voyage artistique se clôt par un accrochage monumental de murs de tissus où s’entremêlent des pièces du monde entier, depuis le XIXe siècle jusqu’à l’époque moderne et contemporaine, écrivant un récit qui célèbre les créateurs dans la diversité de leurs milieux, de leurs continents et de leurs savoirs.



(source cp)